LE CONSTAT

Ces derniers mois ont été anxiogènes. Les prochains vont continuer à l’être, particulièrement pour les populations en situation difficile.

Mal voir renforce leur sentiment d’exclusion et de solitude.

Bien voir, c’est déjà mieux vivre, c’est favoriser les échanges, le lien social et la confiance en soi.

Comment imaginer entamer un long et difficile parcours de réinsertion sociale quand on n’y voit pas ou très mal ?

Pas de réinsertion possible sans une bonne vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *